L’hôtellerie

Avec un Consultant senior qui dispose de 25 années d’expériences professionnelles acquises à des postes de Direction au sein du groupe Accor,Phénicia conseil apporte un accompagnement performant à ses clients dans la recherche de talents adaptés aux postes de l’hôtellerie et de la restauration.

Présentation du secteur :

Plus d’1 million de personnes exercent un métier du secteur.

 C’est la restauration qui emploie les trois quarts des effectifs, avec ses restaurants traditionnels, ses tables gastronomiques, ses brasseries, ses cafés-restaurants, ses grandes chaînes… Sans oublier la restauration collective, dont les entreprises préparent et servent des repas dans les entreprises, les écoles, les universités, les hôpitaux, etc.

L’hôtellerie se concentre plus particulièrement dans les zones les plus touristiques comme l’Île-de-France et la région PACA. 

Avec l’essor du tourisme d’affaires, elle s’ouvre de plus en plus à ce type de clientèle. Dans un contexte de forte concurrence, les hôteliers indépendants sont tentés de rejoindre les grands groupes (Accor, Louvre Hôtels…).

Les métiers les plus recherchés sont ceux du service et de la cuisine : serveurs, commis de cuisine, cuisiniers. 

Dans la restauration collective, les employés polyvalents de restauration sont aussi prisés. 

Dans l’hôtellerie, des postes d’agents de réservation, de réceptionnistes, de gouvernants et d’employés d’étage sont à pourvoir. 

Les profils commerciaux et les experts du contrôle des coûts ont le vent en poupe auprès des groupes hôteliers : responsables événementiels, revenue managers, économes…

Les postes, formations et les diplômes :

 

Directeur de restaurant :

Le Directeur de restaurant gère un établissement, en tant que patron ou salarié d’une chaîne. Avec 2 impératifs : soigner la bonne image du restaurant tout en assurant sa rentabilité.

 Le restaurateur indépendant assure le financement de son établissement et fixe ses critères de gestion économique.

 Il est secondé par un chef de cuisine, plusieurs commis ou serveurs. Il peut mettre la main à la pâte, surtout si le restaurant est modeste.

 Il s’occupe des achats de matières premières et établit les menus en collaboration avec le chef cuisinier. 

L’exploitant en restauration assure des tâches administratives et de gestion : achats, comptabilité, contrôle des stocks, suivi du budget. Son imagination est sollicitée pour la conception des cartes (entrées, plats, desserts au choix), son sens commercial pour l’accueil des clients.

 Il recrute le personnel, le forme et entretient l’esprit d’équipe. Les postes de directeurs de restaurant salariés requièrent des années d’expérience dans la restauration.

 

Après la 3e :

3 ans d’études pour préparer le bac professionnel commercialisation et services en restauration ou cuisine ; ou le bac sciences et technologies de l’hôtellerie et de la restauration (STHR), mieux adapté pour une poursuite d’étude en BTS.

 

Après le bac :

2 ans d’études pour obtenir le BTS management en hôtellerie restauration, options management d’unité de restauration ou management d’unité de production culinaire ; éventuellement complété par une licence professionnelle métiers des arts culinaires et des arts de la table ou organisation et gestion des établissements hôteliers et de restauration (en 1 an).

Directeur d’hôtel :

 Le client est roi ! ” Certes, mais un hôtel est une petite entreprise qui se préoccupe aussi de son chiffre d’affaires. 

Gestionnaire avisé, le directeur d’hôtel concilie ces 2 impératifs. Il sait attirer et fidéliser les hommes d’affaires ou les touristes qui constituent sa clientèle, assurer le confort, la qualité de l’accueil et de la restauration qui font la réputation de son établissement.

 Il sait aussi gérer les dépenses courantes, prévoir les budgets, trouver les financements qui lui permettront de rénover l’équipement. L’encadrement du personnel d’étage et de la restauration lui incombe. Dans les grands hôtels, le directeur est assisté par un directeur d’hébergement et par un directeur de la restauration, chacun gérant son budget, déterminant les prix de la carte et des chambres. 

Le métier fait appel au sens des relations et du commerce. La connaissance d’une ou de deux langues étrangères (dont l’anglais) est un plus.

 

Après le Bac :

2 ans d’études pour préparer le BTS management en hôtellerie restauration, option C management d’unité d’hébergement, complété par une licence professionnelle organisation et gestion des établissements hôteliers et de restauration (en 1 an).

De plus en plus, un bac + 5 (diplôme d’école de commerce ou spécialisée, un master) est apprécié pour accéder à la fonction.

shares